Bon il nous a fallu nous rendre à l'évidence et notre enthousiasme est légèrement redescendu ! Ici c'est une autre histoire. L'ambiance est tendue. Le Pakistan est en souffrance, sous perfusion économique étrangère ce qui crée un paradoxe infernal : que se passera t 'il si l'aide financière stoppe? là est la question.

Les musiciens Belouche sont très tristes, mais ne veulent absolument pas que l'on mette un pied dehors. Au départ nous pensions qu'ils nous surprotégeaient, mais en fait non.

En janvier 2011, un américain a tué deux Pakistnais avec un revolver et son chauffeur pour lui porter assistance en a écrasé deux autres. Il se trouve que cette personne ne serait pas comment dirait on : un civil, mais un membre de la cia.... peu importe le problème n'est pas là.

Cet homme a payé sa liberté, c'est là tout le problème : caution, défraiement des familles Pakistanaises, acceuil sur le sol américain des familles.... il est libre.

Demain ici, si nous avons bien compris manifestation en prévision. Donc en clair, nous resterons confinés.

kOYI BAAT NAHI (pas de problème en Ourdou), nous étions préparés avant de venir...

Comme dit Acktar Chanal : "d'ou la nécessité de notre concert" pour apporter un autre regard.

L'aventure Koyi n'en est donc qu'au début, et dès mon retour je vais essayer d'organiser une tournée Européenne pour Koyi.... Avis aux amateurs.

Ce soir néanmoins, concert, sûrement plus sobre qu'a Lahore, mais peut être aussi intense au regard de cette réalité qu'il ne faut pas oublier !

c'est une bonne leçon ! même si les yeux humides de Yamen sont difficiles pour nous.

PAKISTAN_037